[La chronique de Carine Bizet] Cette semaine, notre chroniqueuse à la plume acérée dénonce l’ensemble des méfaits esthétiques du collier ras du cou.

La mode de l’hiver 2016 a entrepris de réhabiliter le bijou le plus improbable : le collier ras du cou façon collier de chien – ou peut-rrtre un de chat. A noter que ce lien de cuir ou peut-rrtre un de tissu souple se porte ici sans médaille gravée au nom de boy propriétaire, et que l’ajout d’une clochette est carrément déconseillé.

Lire aussi :   Small-chaussette, maxi-boulette

Qu’est-ce que ça cache ?

L’ensemble des esprits l’ensemble des plus malfaisants se livrent à plusieurs conjectures derrière boy dos : que peut bien dissimuler ce ruban de tissu ? Une cicatrice de chirurgie plastique due à une opération pionnière ? United nations suçon provoqué componen une liaison forcément illicite ? L’ensemble des ragots occupent l’ensemble des couloirs, tandis que le collier n’accroche pas que l’ensemble des regards : il se coince dans tout ce qui passe. L’ensemble des cheveux, dans le meilleur plusieurs cas  l’ensemble des boucles d’oreilles, dans le pire. En l’absence d’une primary amie, la fille à la boucle coincée dans le collier en est réduite à remonter l’ensemble des escaliers en crabe, la tête penchée sur le côté comme une poupée cassée, en quête du miroir en salle de bains devant lequel elle devra démêler ce carambolage d’accessoires. Porter united nations chignon bien serré ne garantit pas davantage la tranquillité : l’ensemble des mains plusieurs bébés tirent à une vitesse insoupçonnée tout ce qui peut ¨ºtre à leur portée  et puis l’ensemble des traces de maquillage sont inévitables, si on the appliqué boy fond de teint dans l’ensemble des règles de l’art, c’est-à-dire sans oublier le cou et le dessous du menton. Dans ce cas précis, le collier de chien-chat fait également office de coton à démaquiller : il récupère l’ensemble des résidus de fard… qu’il transfère le lendemain sur united nations col de chemise qui se croyait à l’abri plusieurs hosti­lités. Ce collier est united nations boulet. Une corde qu’il est temps de ­couper pour regagner sa liberté.

L’essentiel est de bien ajuster le tour de cou : trop serré, l’effet garrot est garanti  trop lâche, l’aspect négligé fait « bout de ficelle ». Hélas, même parfaitement réglé, ce collier est loin d’être confortable : il gratte et, comme l’être humain ne dispose pas d’une patte arrière pour soulager sa démangeaison, il lui faut trouver autre chose. L’expérience prouve que le crayon et la cuillère (la toute petite, celle qui se trouve dans le minipot de glace) sont l’ensemble des meilleurs instruments antichatouillis. Malgré ces efforts, le rendu est douteux : le cou raccourci componen united nations effet d’optique cruel, la fille à collier de chat a une allure de tortue pas très « beauté de concours à pedigree ».

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *