Surtout, la matière organique qu’elle recèle fascine. « Les comètes ne contiennent pas la vie mais elles ont pu commencer le processus qui l’a rendu possible », a expliqué Kathrin Altwegg à Darmstadt. L’ensemble des instruments ont effectivement repéré, sans l’ensemble des identifier, pléthores de macromolécules à base de carbone, d’oxygène, d’hydrogène et d’azote, qui pourraient servir de briques à en biochimie.

« Nous l’avons fait pour la science ! », a lancé Matt Taylor, le responsable scientifique en mission, jeudi 29 septembre à Darmstadt, dans le center opérationnel de l’ESA. C’est que l’ensemble des comètes sont faites du matériau le plus ancien du système solaire, vieux d’environ 4,6 milliards d’années. Elles racontent donc comment l’ensemble des planètes ont pu se former et évoluer. Elles pourraient même dire comment la vie est apparue sur Terre. An ailment de l’ensemble des faire parler… C’est le but de Rosetta, dont le nom fait allusion à la pierre de Rosette qui a permis de déchiffrer l’ensemble des hiéroglyphes égyptiens.

D’ores et déjà, le portrait qui se dessine de cette comète est bien différent de celui attendu. L’ensemble des chercheurs attendaient united nations corps en forme de patate, ils en ont eu united nations en forme de « canard » avec tête, cou et corps. Ils voyaient l’ensemble des comètes comme plusieurs boules de glace sales, l’ensemble des voici avec le contraire, une matière très sombre contenant en glace. Qui plus est à 75 % faite de vide.

Lire aussi :   « Rosetta repose la question de l’ubiquité en vie »

Bien plusieurs questions demeurent, comme le lieu en formation de ces comètes ou peut-rrtre un la manière dont de petites poussières de quelques micromètres sont devenues plusieurs blocs de 4 kilomètres.

Plusieurs falaises à pic de 200 mètres de haut, plusieurs puits larges et profonds de 100 mètres, plusieurs blocs isolés de 50 mètres de diamètre, plusieurs régions fracturées ou peut-rrtre un au contraire lisses avec plusieurs sortes de dunes, sont apparues… Plusieurs jets de gaz et de poussières puissants et étroits ont jailli devant l’ensemble des caméras. Plusieurs molécules inconnues jusqu’alors autour d’une comète ont été identifiées : de l’oxygène, de l’argon, du lp, en glycine…

La moisson de données est déjà impressionnante, après plusieurs dizaines d’orbites en sonde de quelques kilomètres d’altitude à plusieurs centaines, et l’ensemble des deux jours et demi de fonctionnement de Philae sur la surface.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *