Monde

Un journaliste tué dans l’État frontalier du Mexique Tamaulipas

Un journaliste tué dans l’État frontalier du Mexique
 Tamaulipas

Par Alfredo Pena | AP Par Alfredo Pena | AP 13 janvier à 22h19 CIUDAD VICTORIA, Mexique – Un journaliste a été tué samedi dans l’Etat frontalier de Tamaulipas, au Mexique, et les autorités ont déclaré qu’ils enquêtaient pour savoir si sa mort était liée à son travail. Carlos Dominguez Rodriguez a été tué dans la ville de Nuevo Laredo, en face du Texas, alors qu’il conduisait dans une voiture avec des proches indemnes de l’attentat, a déclaré à l’Associated Press Luis Alberto Rodriguez, porte-parole de la sécurité. Rodriguez a dit que le corps avait des blessures par arme blanche et qu’il y avait peut-être eu des coups de feu. Dans le passé, Dominguez, âgé de 77 ans, avait travaillé pour différents médias, dont le journal Diario de Nuevo Laredo, mais il était actuellement un journaliste indépendant qui écrivait des chroniques d’opinion pour des sites d’information, selon Rodriguez et d’autres journalistes. S’il est confirmé que Dominguez a été assassiné pour son travail, il sera le premier journaliste tué pour sa profession dans la nouvelle année après une année meurtrière en 2017 qui a vu au moins 10 morts dans des groupes de presse internationaux appelés crise de la liberté d’expression au Mexique . Plus tôt en janvier, un directeur de presse a été tué à Mexico dans un cambriolage apparemment sans rapport avec sa profession. Rodriguez a déclaré que les enquêtes préliminaires ont indiqué que Dominguez n’avait pas signalé avoir reçu de menaces ou demandé la sécurité. Le gouvernement de Tamaulipas a publié une déclaration disant qu’il “agira fermement contre toute attaque contre la liberté d’expression et le travail des communicateurs”. Tamaulipas a été ravagé par la violence des cartels de la drogue et l’État en est un où le crime organisé a souvent été capable d’intimider les médias dans le silence par la violence et les menaces. Les Nations Unies et la Commission interaméricaine des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude face à l’impunité entourant les assassinats de journalistes au Mexique. Le 7 janvier, dans l’État de Guerrero, dans le sud du Mexique, plusieurs journalistes ont déclaré avoir été malmenés. Bernandino Hernandez, qui a travaillé avec l’AP, a déclaré que la police de l’Etat a battu, donné des coups de pied et traîné les journalistes. Copyright 2018 L’Associated Press. Tous les droits sont réservés. Ce matériel ne peut être publié, diffusé, réécrit ou redistribué.

Post Comment