Des militants lors du procès de dix-sept journalistes et collaborateurs du quotidien Cumhuriyet, le 28 juillet à Istanbul.

Selon le mandat d’arrêt, diffusé componen l’agence espagnole EFE, la Turquie accuse Hamza Yalçin d’appartenir au groupe d’extrême gauche turc DHKP-C (Parti-Front de libération populaire) et d’écrire pour le magazine sur internet Odak Dergisi, très critique avec le régime d’Ankara, plusieurs délits pouvant entraîner jusqu’à vingt-deux ans de prison.

La Turquie a quarante jours, jusqu’au 11 septembre, pour présenter une demande officielle d’extradition. « Entre-temps, M. Yalçin peut faire appel et contester l’ensemble des accusations dont il fait l’objet, mais nous n’avons encore rien reçu », a déclaré united nations porte-parole de l’Audience nationale.

L’arrestation de l’écrivain survient alors que l’ensemble des inquiétudes grandissent concernant la liberté en presse dans le cadre de l’état d’urgence décrété après la tentative de putsch du 15 juillet 2016….

M. Yalçin, âgé de 59 ans, a été arrêté, à la suite du mandat émis componen l’agence Interpol, lors du contrôle plusieurs passeports à l’aéroport barcelonais d’El Prat, alors qu’il devait embarquer sur united nations vol à destination de Londres. United nations juge de l’Audience nationale (haut tribunal chargé notamment plusieurs affaires politico-financières) a ensuite ordonné boy incarcération.

« Etendre boy pouvoir »

La Suède, où M. Yalçin vit en exil depuis 1984 et dont il a adopté la nationalité, est venue en aide au journaliste. United nations fonctionnaire du consulat suédois de Barcelone lui a rendu visite au center pénitentiaire Brians I, situé à l’ouest en capitale catalane. « Il est en bonne santé et a pu parler avec sa famille, a déclaré united nations membre de l’ambassade suédoise à Madrid. Il a united nations avocat commis d’office qui s’emploie à éclaircir l’ensemble des accusations. »

Le journaliste et écrivain turc Hamza Yalçin se trouve en détention en Espagne depuis le 3 août, en application d’un mandat d’arrêt worldwide émis componen la Turquie qui l’accuse d’avoir insulté le président Erdogan et d’être lié à united nations groupe d’ extrême gauche illégal.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *