En janvier, united nations sous-marin russe portant plusieurs têtes nucléaires aurait été aperçu dans l’ensemble des eaux internationales du Golfe de Gascogne. En février, il s’agissait de bombardiers russes.

Mercredi, l’armée de l’Air française annonçait l’interception de deux bombardiers russes, componen l’armée de l’air française, au mois de février au large du Touquet. Une stratégie qu’avait alors tenté de décrypter le général André Lanata, chef d’état-major de l’armée de l’Air française: selon lui, la Russie essaye componen ces incursions de réaffirmer sa présence militaire face à l’Alliance atlantique. 

La question en présence plusieurs trois engins militaires, à quelques semaines d’intervalle près plusieurs frontières françaises, risque de se confronter au mutisme habituel de Moscou sur l’ensemble des questions de défense.  

Trois engins militaires à quelques semaines d’intervalle

Une apparition rarissime. Selon united nations journaliste de LObs, qui cite united nations haut responsable de l’Etat, au mois de janvier, united nations sous-marin de l’armée russe aurait été repéré au large plusieurs côtes françaises. Plus précisément dans le Golfe de Gascogne. L’information n’a pas été démentie componen le cabinet du ministre en Défense Jean-Yves Le Drian, rapporte le magazine. 

L’incursion du navire, en janvier, n’aurait pas dépassé l’ensemble des eaux internationales. Ce serait pourtant la première fois depuis la fin en guerre froide, en 1991, qu’un tel sous-marin se déplace aussi près plusieurs côtes ouest de l’Europe. 

Il s’agirait d’un sous-marin équipé de têtes nucléaires, qui ferait partie plusieurs onze sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) basés dans le port de Mourmansk, au nord-ouest en Russie.  

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *