Près de 2000 salariés, dont 300 venus de Belfort en TGV, étaient rassemblés ce mardi devant le siège d’Alstom, à St Ouen à l’appel de l’intersyndicale (CFE-CGC, CGT, CFDT, FO) pour défendre le berceau historique du constructeur où 400 emplois sur 480 sont menacés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *