Monde

Union africaine, les envoyés africains de l’ONU demandent à Trump excuses

Union africaine, les envoyés africains de l’ONU demandent à Trump
 excuses

“La Mission de l’Union africaine exprime son indignation, sa déception et son indignation face au regrettable commentaire de M. Donald Trump, Président des Etats-Unis, qui déshonore la célèbre croyance américaine et le respect de la diversité et de la dignité humaine”. Mission de l’Union africaine aux États-Unis a déclaré dans une déclaration foudroyante. Condamnant les commentaires “dans les termes les plus forts”, l’UA a exigé “une rétractation du commentaire ainsi que des excuses, non seulement pour les Africains, mais pour toutes les personnes d’ascendance africaine dans le monde entier”. Les envoyés africains de l’ONU ont publié une déclaration leur groupe est “extrêmement consterné et condamne fermement les propos scandaleux, racistes et xénophobes attribués au président des États-Unis d’Amérique”. Les envoyés ont publié une déclaration commune vendredi après qu’une réunion d’urgence ait eu lieu pour régler le problème. Le groupe “est préoccupé par la tendance continue et croissante de l’administration américaine envers l’Afrique et les personnes d’ascendance africaine à dénigrer le continent et les personnes de couleur”, a-t-il déclaré. Faisant référence aux commentaires désobligeants de Trump sur Haïti, les ambassadeurs ont exprimé leur solidarité avec le peuple d’Haïti “et d’autres qui ont été dénigrés de la même manière”. Ils ont remercié “le peuple américain de tous les horizons et de tous les milieux qui ont condamné les remarques” et ont réaffirmé leur engagement “envers les valeurs et les principes du multilatéralisme, de la diversité et de l’égalité des nations”. africain colère à propos des commentaires de Trump , lors d’une réunion de la Maison Blanche sur l’immigration, pourrait avoir un impact sur les entreprises américaines qui font des affaires dans l’une des régions les plus dynamiques du monde et compliqueront les efforts antiterroristes et la coopération sécuritaire du Pentagone sur le continent, selon les diplomates et analystes. Il aura certainement des relations amères avec cette administration. “Je ne pense pas que cela va juste sauter”, a déclaré Peter Lewis, directeur des études africaines à la School of Advanced International Studies de l’Université Johns Hopkins. “Je pense que cela empoisonne fondamentalement la relation avec de nombreux pays.” Selon des sources dans la réunion du Bureau Ovale entre Trump et les législateurs, le président a fait référence à l’Afrique, en disant: «Pourquoi voulons-nous que tous ces gens de« pays shithole »viennent ici?” Lewis a dit que Trump avait sapé 25 ans de bonne volonté africaine envers les Etats-Unis. “Donner essentiellement le revers de la main à 49 pays au sud du Sahara crée de vrais problèmes à bien des égards ” Lewis a dit. “Pour dilapider cette bonne volonté signifie certainement beaucoup de difficultés en termes de poursuite du commerce, en termes de faire des affaires confortablement, en termes de contre-terrorisme, de coopération de sécurité”, a déclaré Lewis. Les États-Unis comptent environ un peu plus de 6 000 forces en Afrique dans environ 53 pays différents, où ils se concentrent sur la lutte contre les groupes extrémistes et les activités illicites, ainsi que le maintien de la paix, l’aide humanitaire et les interventions en cas de catastrophe. Beaucoup de ces troupes sont stationnées sur une base américaine dans le pays de Djibouti, en Afrique de l’Est. L’armée américaine effectue également des missions de formation et de conseil dans d’autres pays africains, avec des centaines de soldats effectuant cette mission au Niger et en Somalie. Bien que ces missions ne s’arrêtent pas, “si les gens ne vous font pas fondamentalement confiance et ne vous aiment pas, cela va changer le ton de la relation”, a déclaré Lewis. L’Union africaine a souligné son “choc, sa consternation et son indignation” et a déclaré qu’elle croyait fermement que l’administration Trump avait “une énorme incompréhension du continent africain”. En conséquence, la Mission a déclaré: “il y a un sérieux besoin de dialogue” entre l’administration Trump et les pays africains. Ryan Browne de CNN, Joe Sterling et Radina Gigova ont contribué à ce rapport.

Post Comment