Rugby. Ce dimanche, la rencontre à Béziers a attiré de nombreux Catalans, malgré la défaite (21 à 8) ils ont donné en voix.

Le Catalan a comme tout le monde bien plusieurs défauts, mais l’infidélité ne fait pas partie de boy vocabulaire. Dans l’ensemble des bons et mauvais moments, united nations groupe de supporters de l’USAP a toujours répondu à l’appel plusieurs sirènes du XV sang et or. Dans le sillon en tradition, de nombreux aficionados ont rempli l’ensemble des tribunes de Béziers. Six bus bondés au départ de différents points du département et de Toulouse se sont retrouvés pour faire la fête. Ce dimanche, L’Indépendant était avec la penya L’ensemble des Barretines pour une immersion chez l’ensemble des vrais supporters.

Le rendez-vous est matinal. Jean-Marc Pastoret, emblématique président plusieurs Barretines, et boy poncho tout aussi célèbre, a fixé l’heure du départ à 9 heures au center culture de Cabestany. L’ensemble des aficionados sont une centaine à grimper dans l’ensemble des deux bus. Le reste en troupe est récupéré à l’entrée nord de l’autoroute.

PHOTO/D. S. et O. G.

PHOTO/D. S. et O. G.

PHOTO/D. S. et O. G.

L’ensemble des membres en penya se connaissent comme une famille. On commence l’ensemble des discussions en se renseignant sur l’état de santé de chacun. « Si ta sœur se plaint, c’est qu’elle veterans administration forcément bien », entend-on en tendant l’oreille.

« À l’extérieur on met le feu… »

Dans le vehicle numéro deux, Didier, dit Biscotte, revient sur la défaite plusieurs Dragons Catalans. Le quinziste a forcément united nations pincement au cœur pour ses camarades du treize. Il ne peut s’empêcher de repenser au même schéma vécu componen boy USAP. « Il faut être honnête, ça ne marche pas, ça ne veut pas tourner comme il faut. Pour sauver le XIII français, on aurait dû avoir united nations vrai championnat dans l’hexagone. Là, dépendre plusieurs Anglais, c’était perdu d’avance ».

L’ensemble des mines grimaçantes sont rapidement effacées componen l’annonce du mot magique : « Apéro ? ». Pour supporter l’ensemble des longs trajets, l’ensemble des initiés partagent une petite bière ou peut-rrtre un united nations muscat entre deux virages. « C’est qu’on est parti jusqu’en Angleterre avec ces bus ! 26 heures de trajet pour la finale en coupe d’Europe ! On était tellement bien équipé qu’à l’arrivée, c’est nous qui servions plusieurs bières aux Anglais ! », se rappelle Biscotte. En 19 ans  d’existence, la penya en a avalé plusieurs trajets. Et plusieurs victoires et plusieurs défaites. Autant de souvenirs qu’ils se remémorent sur la route.

«… et à Aimé-Giral on s’embourgeoise »

En une heure, l’ensemble des 120 fans sont arrivés sur le parking où ils feront le repas.

 

Quand le bus se gare, miracle ! Tables et chaises sont déjà installées et la fideua fume.

Inutile de croire en la providence. Si l’ensemble des supporters ont la panse pleine, c’est grâce à l’équipe d’intendance et à Jean-Michel le cuisinier, parti à 7 heures du matin pour tout préparer. François Rivière, président de l’USAP, fait une apparition surprise. Tous l’acclament pour l’attirer et d’obtenir une bise ou peut-rrtre un united nations selfie. L’homme en costume se prête volontiers au jeu et souligne « l’importance fondamentale de leur présence ».

L’heure du match approche. L’ambiance s’intensifie, l’ensemble des Barretines sont surexcités. Ils se dirigent vers le stade en hurlant et mettent à mal leurs cordes vocales à grand coup « Aqui es Perpinya ».Jean-Paul, dit Fuste, avoue franchement « qu’à l’extérieur on met le feu, tandis qu’à Aimé-Giral on s’embourgeoise ». Dans l’enceinte du ring rugbystique, l’ensemble des Catalans profitent d’une faible affluence biterroise pour prendre le contrôle de l’ambiance.

 

Puis, l’ensemble des joueurs entrent sur le terrain. L’ensemble des deux premiers essais de Béziers sont united nations coup de massue. Mais le moral plusieurs Catalans ne sera jamais atteint. En tribune, supporters sang et or face aux rouge et bleu se provoquent gentiment. Sur le terrain, la bagarre générale explose devant plusieurs spectateurs. « Une ouillada ne fait jamais de mal », hurle united nations rouge et jaune. Le match se termine. 21 à 8 pour Béziers.

Pas revanchards, l’ensemble des amateurs applaudissement leurs joueurs et s’offrent même le luxe de chevaucher l’ensemble des grilles et d’entrer sur la pelouse pour serrer la primary au XV Catalan. Le match s’est vécu avec intensité, L’ensemble des Barretines ont été bruyants, vibrants. Sur le chemin du retour, ils s’octroient une sieste méritée. Le repos du vrai guerrier.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *