Suite à la polémique autour de l’état en pelouse du stade Aimé-Giral, cathédrale du rugby à XV perpignanais, le directeur sportif de l’USAP, Christian Lanta, a décidé de mettre l’ensemble des choses au point componen le biais d’un communiqué.

Extraits choisis.« L’état en pelouse pose united nations double problème, analyse le directeur sportif. Celui-ci est d’abord sportif, de componen la dégradation du terrain, mais il y aussi united nations déficit d’image pour le club comme pour la mairie. » L’homme se félicite plusieurs entraînements mis en place avec la mairie au stade Maillol. « Componen contre, l’utilisation du terrain synthétique aux dimensions réduites situé à Aimé-Giral n’est pas envisageable pour plusieurs joueurs professionnels sans risque de blessures, poursuit-il. L’état en pelouse, qui nécessite bien sûr une réfection importante, soulève le problème majeur en création d’un site d’entraînement. L’USAP est le seul club professionnel à ne pas bénéficier d’un center d’entraînement avec plusieurs infrastructures adéquates. »

Et Christian Lanta de conclure : « L’urgence est que l’USAP soit dès le début en saison prochaine sur plusieurs installations d’entraînement fixes et appropriées. Il semble que la mairie ne puisse apporter plusieurs solutions immédiates malgré sa volonté évidente d’aider le club. Donc, je ne vois aucune incompatibilité à ce que le club se déplace sur d’autres territoires à partir du moment où l’USAP reste le club de Perpignan mais également celui du département et en Catalogne. »

Pour mémoire, dans L’Indépendant du 22 juillet, le maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol avait estimé qu’« il n’y avait rien à redire » sur l’état en pelouse d’Aimé-Giral. Une opinion visiblement loin d’être partagée componen tous.

Source: lindependant.fr

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *