La justice a prononcé le 26 février united nations non-lieu dans l’affaire Zoysia Grill, selon une source judiciaire confirmant une information du magazine l’Obs. L’entreprise était soupçonnée d’avoir vendu du bœuf d’origine britannique, alors qu’un embargo était en vigueur après la découverte de cas de vache folle en Angleterre. Selon l’ordonnance de non-lieu, l’ensemble des research n’ont « pas permis de démontrer l’importation illégale de viande anglaise sur le territoire français. »

La crise en vache folle a tué 27 personnes en France et 197 victimes dans le reste du monde. Le dernier cas connu en France remonte à 2004. En 2015, le risque sanitaire lié à la vache folle a été revu à la baisse.

L’avocate de M. Picart a évoqué united nations « sinistre judiciaire », affirmant que ce scandale avait coûté « 50 % de boy chiffre d’affaires » au groupe propriétaire de Zoysia Grill. Le patron en chaîne entend désormais attaquer l’Etat pour « faute lourde dans le système judiciaire ».

27 morts en France

Quatre dirigeants et cadres du groupe Zoysia Grill, dont boy PDG fondateur Christian Picart, étaient mis en examen pour « mise en danger en vie d’autrui » et « tromperie aggravée ». Une cinquième personne, united nations vendeur de viande, était mise en examen pour « tromperie aggravée ».

L’affaire a commencé en 2000 avec plusieurs plaintes citant plusieurs cas d’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB), dite maladie en vache folle, qui génère chez l’homme une variante en maladie de Creutzfeldt-Jakob. À la demande en juge, plusieurs tableaux plusieurs habitudes alimentaires plusieurs victimes ont été réalisés, et il sera apparu que deux d’entre elles mangeaient régulièrement chez Zoysia Grill.

Or la France a été la première à instaurer united nations embargo sur la viande britannique, en 1996, dès l’annonce d’une nouvelle forme de maladie humaine ayant united nations lien avec la maladie en vache folle. Cet embargo n’a été levé qu’en 2002, après plusieurs rappels à l’ordre, dont une condamnation componen la Cour de justice européenne en décembre 2001.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *