le

Saint-André. Quatre personnes ont été inculpés hier sur le trafic de drogue, qui a duré deux ans déjà.
Le menu ? Zamal, de la cocaïne et de l’ecstasy. Les suspects, intervenant à des échelles différentes, ont toutes été placées en garde à vue.

Quatre Saint-Andréens entre l’âge de trente à quarante ans, ont été placés en garde à vue mardi pour avoir participé plus ou moins à proximité d’un trafic de drogue qui persiste depuis deux ans sur la commune.

à Partir de janvier 2016, plusieurs arrestations ont en effet mis la puce à l’oreille de la police et le parquet. Des consommateurs réguliers ou occasionnels, sont fréquemment arrêtés pour possession de stupéfiants. L’enquête est confiée aux hommes de la section de recherches, qui ne tardent pas à identifier plusieurs individus impliqués dans le trafic local.

au Cours de cette récente vague d’arrestations, 46 grammes de cocaïne sera trouvé, ainsi que de la résine de cannabis, zamal, et plusieurs milliers d’euros en espèces. “Difficile de quantifier exactement les montants qui sont passés entre les mains des différents protagonistes, dans les deux dernières années”, note, cependant, Eric Tuffery, le procureur de la République.
Mais surtout surprise. Aucun des défendeurs a le profil type d’un trafiquant notoire. Maisons fixes, des emplois stables, vie de famille, les lignes, l’absence d’un casier pour deux d’entre eux, et à chaque fois les jeunes enfants. Les quatre suspects arrêtés sont des pères de familles, qui satisfont à l’ensemble de la vie plutôt calme au premier coup d’œil. Et si tous reconnaissent la consommation personnelle, ils sont en désaccord, d’autre part, le commerce de produits illicites. “Je suis désolé d’être de retour là-bas. J’ai été manipulé par Momo”, explique Rudy Ramsamy, le seul suspect dans le casier chargé. Même si l’homme en question semble avoir stocké des voitures depuis de nombreuses années.

Le Momo ? “Un homme d’origine arabe ou mixte, sans adresse”, et qui permettrait de faire des allers-retours à partir de la métropole. Un peu maigre comme un énoncé clair. “Vos propos, c’est juste n’importe quoi. Vous avez joué un rôle de premier plan dans cette affaire, depuis plusieurs mois”, répond immédiatement au procureur de la république, se référant à un trafic développé. “Nous avons déjà identifié de nombreux utilisateurs. Mais il y a encore des intermédiaires, et les fournisseurs”. Une déclaration qui laisse entendre que d’autres arrestations pourraient avoir lieu bientôt.
en attente pour que la lumière soit faite sur toute cette histoire, trois des suspects ont été placés en détention provisoire. “Nous devons éviter la répétition des faits, mais aussi d’éviter les consultations entre les différents mis en examen”, confirme le juge des libertés et de la détention. La quatrième personne a demandé un délai pour préparer sa défense.

Les quatre Saint-Andréens encourir des peines allant jusqu’à dix ans de prison pour les faits qui leur sont reprochés.

J. G.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *