Après vingt mois d’enquête approfondie et de comparaisons avec d’autres fossiles récupérés dans le monde entier, les scientifiques ont établi qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce. Le long cou de ces sauropodes, herbivores, leur permettait de se nourrir sans trop avoir à déplacer leur corps imposant et ainsi économiser de l’énergie. Le Conseil national des recherches scientifiques et techniques argentin (en espagnol) croit savoir que les spécimens retrouvés sont morts dans une inondation. Même avec un si long cou, ils n’auraient donc pas réussi à garder la tête hors de l’eau.

A New York, une réplique en fibre de verre

L’histoire commence en 2013, quand un ouvrier tombe (littéralement) sur un os et sollicite des paléontologues. Ceux-ci découvrent au total 223 ossements fossilisés appartenant à six herbivores géants qui paissaient dans les forêts il y a 100 millions d’années. Les fossiles étant trop lourds pour être assemblés, le colosse de 37,2 m exposé, depuis janvier 2016 (en anglais), au Muséum d’histoire naturelle de New York, est constitué d’éléments en fibres de verre imprimés en 3D. Il est si grand que sa tête et son cou dépassent de la salle où les visiteurs peuvent l’admirer.

Sa taille défie l’entendement : 70 tonnes (soit dix éléphants d’Afrique) pour 37,2 mètres de long (aussi grand qu’un Airbus A320). Trois ans après la découverte de fossiles en Patagonie argentine, la plus grande espèce de dinosaure découverte à ce jour a été officiellement baptisée à New York, mercredi 9 août. Son petit nom ? “Patagotitan mayorum”, en référence à la Patagonie et à la famille Mayo, propriétaire du ranch argentin où se sont déroulées les fouilles.

Le \"Patagotitan Mayorum\" a été officiellement baptisé mercredi 9 août 2017 au Muséum d’histoire naturelle de New York (Etats-Unis). Il est si long que la tête de cette réplique dépasse de la grande salle où il est exhibé.Le “Patagotitan Mayorum” a été officiellement baptisé mercredi 9 août 2017 au Muséum d’histoire naturelle de New York (Etats-Unis). Il est si long que la tête de cette réplique dépasse de la grande salle où il est exhibé. (SHANNON STAPLETON / AFP)

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *