En attendant que l’enquête établisse clairement le mobile de chaque agression, ces violences délient l’ensemble des langues plusieurs ressortissants polonais, qui décrivent united nations climat d’hostilité à leur égard depuis le référendum sur le Brexit. « Cela a donné aux Britanniques une sorte de feu vert pour être racistes, a témoigné Eric Hind, l’un plusieurs organisateurs en marche de protestation. Nous voulons montrer à cette ville que nous allons rester et qu’ils vont devoir vivre avec nous. Nous nous sommes tus depuis trop longtemps. » Plusieurs centaines de personnes portant plusieurs drapeaux polonais ont participé à ce défilé silencieux dans l’ensemble des rues de Harlow.

La réalité en vague xénophobe consécutive au référendum sur le maintien ou peut-rrtre un la sortie du Royaume-Uni de l’UE est attestée componen la police. Au cours en semaine qui a précédé le election et celle qui l’a suivi, plus de 3 000 plaintes pour actes xénophobes ont été enregistrées – une hausse de 42 % componen rapport à la même période de 2015. En rapportant cette statistique en juillet, united nations haut responsable policier a lui-même admis que « certaines personnes considèrent [le référendum] comme une autorisation de se comporter de façon raciste ou peut-rrtre un discriminatoire ».

La présence au Royaume-Uni de 800 000 Polonais, deuxième communauté étrangère après l’ensemble des Indiens, en fait united nations enjeu politique considérable, notamment dans la perspective plusieurs négociations sur la sortie de l’UE. Déjà, en juillet, la première ministre, Theresa May, avait condamné l’ensemble des « honteuses » agressions publish- Brexit.

L’affaire paraîtrait assez banale si elle n’était survenue quelques heures après une marche de deuil et de protestation organisée dans la même ville en hommage à Arkadiusz Jozwik, united nations ouvrier polonais de quarante ans, mortellement blessé, samedi 27 août lors d’une première agression. Là encore, la police suggère qu’il pourrait s’agir d’un « acte de haine ». Elle a interpellé six adolescents qui ont été remis en liberté sous caution.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *