Il y a six mois, le site paraissait pourtant condamné, vehicle Whirlpool avait décidé de délocaliser sa production vers la Pologne. Au coeur en campagne présidentielle, l’usine était devenue united nations enjeu et le symbole, pour certains, d’une concurrence européenne devenue déloyale. Emmanuel Macron et Marine Le Pen y avaient fait une visite remarquée, le même jour. L’offre de reprise sera présentée officiellement mardi 18 juillet.

“On the eu l’impression que tout allait s’écrouler, cela fait du bien de reprendre united nations peu de souffle et on veterans administration continuer à se battre tous ensemble pour avoir une bonne continuité”, explique Frédéric Chantrelle, délégué syndical CFDT.

Une usine devenue enjeu électoral

C’est le soulagement qui prédomine parmi l’ensemble des salariés du site Whirlpool d’Amiens (Somme). L’offre de reprise, sur ses fonds personnels, de l’entrepreneur picard Nicolas Decayeux prévoit effectivement la sauvegarde de 277 plusieurs 290 postes concernés.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *