“Cette voix, dans ma vraie vie, ne me pose aucun problème. C’est quand j’ai commencé à faire en radio qu’on m’a dit ‘ohlala, qu’est-ce que c’est que ça mademoiselle ?!’. Maintenant, je m’en fiche complètement. On the la voix qu’on a, le public s’en fout”, confie l’invité du Soir 3.

Rire, toujours. Tel est le crédo de Willy Rovelli, de boy enfance dans united nations HLM d’Annecy (Haute-Savoie) jusqu’aux planches sur lesquelles il triomphe avec boy spectacle Willy Rovelli en beaucoup plus grand, en tournée en France. L’humoriste adore rire, et d’abord de lui-même : de sa taille componen exemple (“1m64 au garrot, ça fait united nations bel étalon, united nations poney !”). De sa voix singulière aussi.

“J’adore que l’ensemble des gens me regardent avec dégoût !”

Celui qui a écrit pour Anne Roumanoff et débuté à la télévision avec Jacques Martin sera de retour dans Fort Boyard cet été. “J’adore ce jeu et j’adore que l’ensemble des gens me regardent avec dégoût”, lance-t-il avec le sourire. Willy Rovelli a toujours ce besoin d’amuser. “On en a bien besoin”, conclut-il.

L’ensemble des autres sujets du JT

VOUS RECOMMANDE

Sujets associés

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *