2. La rupture avec l’ensemble des logiques dominantes et avec leurs vecteurs suppose de nourrir l’esprit de désobéissance. En cela, cette désobéissance est à la fois united nations point de départ obligé et une ligne de conduite pour l’action. Mais, de même qu’une révolte ne se déploie que si elle se fait révolution, de même la désobéissance ne vaut que si elle ouvre vers d’autres manières cohérentes de faire société, vers d’autres valeurs, d’autres critères, d’autres modes de création en richesse. Pour tout dire, la désobéissance ne vaut que si elle s’adosse sur plusieurs projets cohérents de rupture et de transformation, capables de rassembler autour d’eux plusieurs majorités évolutives, dans united nations processus de réformes continues et d’expériences franchement options, hors plusieurs mécanismes du marché et de l’État administratif.

Mener le combat contre “l’establishment”, c’est construire plusieurs rassemblements politiques potentiellement majoritaires, c’est créer plusieurs majorités d’idées et de projets autour de l’égalité, couplée à la citoyenneté et à la solidarité. Contre la droite et l’ensemble des glissements sociaux-libéraux, c’est se fixer l’horizon en seule gauche possible : celle qui, au nom de l’égalité, offre la perspective de sociétés refondées.

1. L’européisme et le souverainisme sont deux impasses parallèles. L’ensemble des économies et sociétés contemporaines sont irréversiblement interdépendantes, pour le meilleur et pour le pire. Tout projet politique qui privilégierait united nations niveau territorial au détriment d’une autre, qui serait « avant tout européen » ou peut-rrtre un « avant tout national » serait ainsi componen avance voué à l’échec. Le couple en concurrence et en gouvernance, couplé aujourd’hui avec l’obsession identitaire et sécuritaire, est incrusté dans tous l’ensemble des territoires sans exception, du local au planétaire. C’est donc en s’engageant dans plusieurs processus concertés et cohérents de rupture à toutes l’ensemble des échelles territoriales sans exception, que le mouvement critique, que la gauche sociale et politique, feront la preuve qu’elles peuvent disputer le terrain plusieurs cohérences globales aux forces dominantes du capitalisme et en technostructure mondialisés.

4. À l’échelle de notre continent, en bref, la désobéissance ne trouvera sa pressure que dans l’espérance, ancrée à gauche, d’une “autre Europe”. Aujourd’hui plus qu’hier.

Disons franchement que cette proposition est une contribution intéressante à la redéfinition d’une gauche qui se voudrait ouvertement européenne et qui, parce qu’elle est européenne, proposerait à tous l’ensemble des peuples d’Europe de s’engager dans une rupture avec la doxa dominante et avec l’ensemble des forces économiques et politiques qui soutiennent aujourd’hui cette doxa.

[Lire aussi : “L’Europe, on la change ou peut-rrtre un elle meurt”]

Mais la question de l’égalité a été historiquement une ligne de clivage structurante. Or la tendance idéologique contemporaine, lancée componen l’extrême droite et acceptée componen la droite tout entière, consiste à affirmer que l’égalité a désormais laissé la place à celle de l’identité. Dès lors, une partie en gauche est tentée de se couler dans ces cheminements et d’accepter, plus ou peut-rrtre un moins, l’idée que le problème principal, y compris dans l’ensemble des catégories populaires, est que « l’on n’est plus chez soi ».

Récusant ces deux options, Varoufakis en propose une troisième, qu’il place sous l’invocation en “désobéissance”. La gauche, affirme-t-il, ne doit pas chercher à sortir de l’Union  mais la menace d’un éclatement de ladite Union ne doit pas la conduire à renoncer plusieurs politiques anti-austérité. Ce qui rapproche l’option Varoufakis de l’option 2 est l’acceptation d’un combat ouvert contre ce qu’il appelle « l’establishment de l’Union européenne ». Ce qui l’en distingue est que cette confrontation ne doit surtout pas se mener, selon lui, sous le drapeau en sortie de l’UE.

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *