Flashback: (Sony) Ericsson T68 et l’appareil photo complémentaire qui l’a rendu célèbre

0
43

Le T68 était essentiellement le dernier téléphone commercialisé sous la marque Ericsson. En fait, quelques mois plus tard, il a été réédité sous le nom de Sony Ericsson T68i avec seulement de petits changements cosmétiques à l’extérieur et une mise à jour logicielle (qui était également disponible pour les anciens modèles).

Il a marqué quelques premières pour Ericsson – son premier téléphone avec un écran couleur, d’abord avec une antenne interne. Ce n’était pas le premier à prendre en charge un appareil photo, mais c’était le premier Ericsson à fonctionner suffisamment bien pour que les gens s’en souviennent.

Il s’agissait d’une caméra supplémentaire, la MCA-25 CommuniCam. Il avait un capteur VGA (640 x 480 pixels) et un stockage interne pouvant contenir 14 photos en pleine résolution ou jusqu’à 200 images minuscules (80 x 60 pixels, assez bonnes pour une photo de contact). L’écriture d’une photo en pleine résolution dans la mémoire de l’appareil photo a pris un peu moins de 10 secondes, et son transfert vers la mémoire du téléphone a pris près d’une demi-minute.

Ce module était une mise à niveau par rapport au MCA-10 utilisé par certains téléphones Ericsson plus anciens, qui dépassait 352 x 288 pixels et était destiné aux téléphones avec écrans noir et blanc. Cela importait peu, les deux modules de caméra utilisaient des viseurs optiques. Eh bien, cela comptait, mais nous y arriverons.

Nous avons déjà parlé du premier téléphone-appareil photo. Le Nokia 7650 (avec un appareil photo intégré) devrait donc vous être familier. Il est sorti en 2002 et était assez gros, contrairement au petit téléphone Ericsson.

Il était de petite taille, mais en termes de fonctionnalité, c’était un géant. Il avait 2G avec WAP, avec Bluetooth et infrarouge pour envoyer des fichiers localement. La mise à jour Sony Ericsson a ajouté la prise en charge complète des MMS et un client de messagerie intégré. Ce fut l’apogée de la communication mobile en 2001/2002.

Flashback: (Sony) Ericsson T68 et l'appareil photo complémentaire qui l'a rendu célèbre

Ericsson avait ses propres raisons de pousser le MMS – en 2001, il venait de dévoiler le matériel réseau (et le logiciel de facturation en temps réel), que les opérateurs pouvaient utiliser pour lancer leur propre service MMS. Il allait ensuite se vanter des réseaux 3G nouveaux et de son partenariat avec Sony, qui était censé augmenter la demande avec les téléphones 3G les plus vendus.

Le côté porteur des affaires d’Ericsson est bel et bien vivant. En fait, c’est l’une des rares entreprises à créer des réseaux 5G. Le secteur de la téléphonie grand public n’a pas si bien marché, mais nous nous éloignons.

Revenons au T68. Son écran était minuscule mais il pouvait afficher 256 couleurs, ce que très peu de téléphones pouvaient revendiquer à l’époque. La résolution de 101 x 80 pixels n’était pas la meilleure pour visualiser les photos prises avec le téléphone, mais vous pouvez toujours les envoyer par courrier électronique à des personnes qui s’émerveilleraient sur leur ordinateur. De plus, comme Ericsson essayait de pousser le MMS, un écran couleur était indispensable.

Pour le courrier électronique, vous pouvez également utiliser un autre accessoire intelligent, le Chatboard CHA-10. Il s’agissait d’un clavier QWERTY complet branché sur le même port que la caméra. Sinon, vous devrez taper le message à l’aide de T9 sur le petit clavier.

Flashback: (Sony) Ericsson T68 et l'appareil photo complémentaire qui l'a rendu célèbre

Les e-mails pouvaient gérer la résolution complète de 640 x 480 pixels alors que MMS était limité à 160 x 120 pixels. Le manuel d’utilisation de l’appareil photo appelle respectivement «Extra Large» et «Medium» («Large» est 320 x 240 px). Le paramètre Extra Large fonctionne à une résolution de 0,3 MP, soit dit en passant. Moins de vingt ans plus tard, nous avons des téléphones qui prennent des photos 108MP.

Les choses ont vraiment changé depuis. La société de téléphonie mobile elle-même a changé, c’est désormais Sony (après avoir racheté la part d’Ericsson dans le partenariat 50/50). Et même James Bond a changé.

Le Sony Ericsson T68i a été le premier téléphone mobile du monde réel présenté dans la série de films. Vu dans Meurs un autre jour, il n’a pas été utilisé par Bond lui-même mais par Jinx (Hale Berry). Si vous vous intéressez à l’histoire des téléphones dans les films de James Bond, nous avons déjà couvert cela. Bien sûr, Bond utilise de nos jours un Nokia fabriqué par HMD. Comme nous l’avons dit, les choses ont changé.

Flashback: (Sony) Ericsson T68 et l'appareil photo complémentaire qui l'a rendu célèbre

Le T68 était un téléphone portable, ce qui est ironique puisque l’Ericsson R380 a été le premier appareil commercialisé en tant que «smartphone» et a été le premier téléphone à exécuter Symbian. En fait, Sony Ericsson n’utilisait pas beaucoup Symbian en dehors de ses appareils UIQ. L’entreprise ferait un peu de réflexion avant de s’installer sur Android.

Le (Sony) Ericsson T68 était un produit de son âge. L’électronique était suffisamment avancée pour vous offrir une connectivité Internet lors de vos déplacements, mais pas assez pour en faire beaucoup. Vous pouvez prendre des photos, mais il faudra des années avant que les téléphones ne déplacent le point et ne tirent sur les caméras. Pourtant, le T68 et les téléphones comme celui-ci nous ont fait sentir comme si nous vivions dans le futur, aussi bizarre soit-il.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.