Le gouvernement donne son feu vert au revenu vital minimum, qui atteindra un million de familles

0
47

Le gouvernement approuvera ce vendredi 28 mai en Conseil extraordinaire des ministres le revenu minimum vitalqui vise à réduire de 80% l’extrême pauvreté en Espagne. Cet avantage touchera un million de ménages (dont environ 100 000 monoparentaux), dont 100 000 le recevront en juin, etvariera entre 462 et 1 015 euros selon la composition de la maison.

Cette mesure sera présentée par le ministre de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations, José Luis Escrivá, et par le deuxième vice-président et ministre des Droits sociaux et de l’Agenda 2030, Pablo Iglesias, dont les équipes ont conçu la disposition.

Suivez ici la minute par minute de la crise des coronavirus

Qui peut en faire la demande?

Selon un projet de projet de décret-loi royal établissant le revenu viager minimum, auquel Europa Press a eu accès,Pour accéder à la prestation, vous devez prouver la situation de vulnérabilité et résider légalement en Espagne depuis au moins un an, ce qui exclut les migrants en situation irrégulière.

Bien qu’ils soient envisagésquelques exceptionscomme dans le cas des demandeurs de protection internationale, des victimes de la traite des êtres humains, de la délivrance du permis de séjour provisoire ou des femmes étrangères victimes de violences sexuelles, même si elles sont en situation irrégulière.

En outre, selon ce projet, dans le cas où le demandeur de la prestation est émancipé,leur âge minimum doit être de 21 ans, sauf dans le cas des femmes victimes de violence de genreet les victimes de la traite des êtres humains, dont le propriétaire doit être majeur. La limite d’âge pour le recevoir sera de 65 ans.

Ceux qui ont également accès au revenu minimumfemmes victimes d’abus qui ont quitté leur domicile familial habituel accompagnées de leurs enfantset leurs proches jusqu’au deuxième degré par consanguinité ou affinité.

Incitation à l’emploi

En outre, le Ministère de l’inclusion, de la sécurité sociale et des migrations encouragera les stratégies d’inclusion des bénéficiaires et un“incitation” au revenu vital minimum pour les unités d’habitation où un ou tous les actifs fonctionnent.

De même, la création d’unCommission de suivi, qui sera présidé par le ministre de l’inclusion, de la sécurité sociale et des migrations et auquel assistera le secrétaire d’État à la sécurité sociale, qui sera rejoint par un conseil consultatif sur le revenu vital minimum, en tant qu’organe de coopération avec les entités de le troisième secteur de l’action sociale.

Le gouvernement a estimé quele coût du revenu minimum s’élèvera à environ 3.000 millions d’eurosune année qui sera financée par le budget général de l’État. Le revenu vital minimum pourrait également être complété par d’autres revenus salariaux, ainsi que par d’autres avantages des communautés autonomes.

Selon le secrétaire général des Objectifs et politiques d’inclusion et de sécurité sociale, du ministère de l’Inclusion, de la Sécurité sociale et des Migrations, Milagros Paniagua, lors d’un débat organisé par Oxfam Intermón ce lundi, l’objectif que le gouvernement fixe avec l’approbation du entrée minimum vital est“réduire la pauvreté sévère d’environ 80%” en Espagne.

Gestion par les communautés autonomes

Quant à la négociation avec les communautés autonomes, le Gouvernement est parvenu à un accord avec le PNV par lequel le Pays basque et la Navarre assumeront les modalités de cet avantage. A la suite de la connaissance de ce pacte, d’autres communautés ont demandé que la gestion du revenu vital minimum, comme la Catalogne ou la Galice, leur soit transférée, ou en ont demandé la “cogestion”, comme dans le cas du Generalitat Valenciana.

Est également disposé àle vice-président de Castilla-La Mancha assume la gestion du revenu minimumJosé Luis Martínez Guijarro, qui a assuré qu’il “ne serait pas compris” qu’il y avait des différences entre les communautés autonomes, une idée que le vice-président et porte-parole de la Junta de Castilla y León, Francisco Igea, qui a également rejeté la décision de transférer la gestion de cet avantage pour le Pays basque et la Navarre car “il aggrave l’inégalité entre les communautés autonomes”.

Le ministre des Affaires sociales et des Sports des Baléares, Fina Santiago, s’est également plaint de cette décision, qui a en tout cas jugé “risqué” pour les îles Baléares de gérer 100% du revenu vital minimum (IMV).

  • Que pensez-vous du revenu vital minimum?
  • Si vous le souhaitez, vous pouvez justifier votre réponse ici.

.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.